Skip links

6 bonnes pratiques pour réussir un sondage culturel en ligne

27 août 2019 | Blogue

Par Gisèle Henne, ADN, numerique@culturelaurentides.com

1. Définir vos objectifs

Pour mener à bien une étude basée sur un questionnaire, il faut tout d’abord bien définir ses objectifs.
Cette première étape ne peut pas être bâclée. Il faut vous poser les bonnes questions:

  • Pourquoi réaliser un questionnaire ?
  • Que devez-vous mesurer dans votre milieu ?
  • Que devez-vous comprendre du comportement des personnes consultées (clients, membres, etc.) ?
  • Quels sont les indicateurs à mesurer ?
  • Comment croiser les données recueillies ?
  • Quels concepts voulez-vous analyser à partir des données recueillies ?

Essentiellement, si vous n’avez pas pensé où vous allez, vous n’y arriverez probablement pas.


2. Cibler efficacement le répondant

Lorsque vous rédigez les objectifs de votre questionnaire en ligne, vous devrez en circonscrire la cible.

  • À qui s’adresse le questionnaire en ligne ?
  • À votre milieu dans sa totalité ou à un échantillon ?
  • Pourquoi l’analyse d’un échantillon est-elle judicieuse ?

En fait, plus un questionnaire est ciblé, plus son taux de participation est élevé.
Concevoir un sondage qui concerne ou peut intéresser votre milieu élargi reste très difficile.
Vous pouvez cibler votre milieu selon les critères de : territoire, secteur professionnel (artiste ou organisme), discipline artistique, tranche d’âge, participation aux activités ou formations, communauté de pratique web, présence à un événement réseau, etc.


3. Rédiger des questions pertinentes

En réfléchissant bien à vos objectifs, vous saurez formuler des questions efficaces, soit adaptées à votre cible de répondants.

  • Utilisez un ton plus ou moins formel en fonction des secteurs ou en fonction de l’âge des répondants.
  • Simplifiez le plus possible votre vocabulaire.
  • Choisissez des axes de questions qui correspondent à tous les répondants. Une question qui ne correspond pas à la réalité du répondant est irritante.
  • Faites preuve de neutralité et d’ouverture dans vos formulations, ne dirigez pas les choix de réponses.
  • Faites réviser votre texte autant au niveau du vocabulaire que de l’orthographe.
  • Tester votre sondage sur des collègues et écoutez leurs commentaires pour amender votre réflexion. L’intelligence collective est source d’amélioration.


4. Simplifier et raccourcir

Pour atteindre vos objectifs de participation, la durée de réponse au sondage est un enjeu. Plus le sondage est court, plus le milieu répond. Un indice de temps de réponse est un facteur incitatif en amorce et un maximum de 5 minutes reste idéal.

Une structure des questions diverses amène une expérience agréable : choix de réponses, choix de réponses multiples, mesure de gradation de 1 à 5 ou de 1 à 10, grille de choix multiples. Un rythme d’environ 5 questions par page est à établir. Les questions doivent être remplies pour passer à la page suivante.

Utiliser les questions à déploiement avec parcimonie, 2 ou 3 maximum, puisque leur compilation et leur analyse sont ardues à formuler dans un rapport. Par contre, s’il est le moins facile à utiliser au niveau de la statistique, cet aspect est souvent le plus riche pour prendre le pouls du milieu.


5. Rendre des comptes

Un sondage propose au répondant une participation gratuite dans une démarche d’amélioration du milieu. Le processus engage implicitement un partage de l’information fournie. Il est donc essentiel de donner un suivi de l’analyse de ces données au répondant dans un délais établi.

Idéalement, les résultats doivent être communiqués le plus rapidement possible. Plus le retour est rapide, plus le répondant est satisfait.


6. La carotte au bout du bâton

De nombreuses sollicitations sont envoyées tous les jours dans notre réseau. La participation moyenne est d’environ 10%. Ce n’est pas beaucoup. Un incitatif certain est de proposer un prix, un abonnement, un avantage membre quelconque en tirage à tous les répondants.

En terminant ce principe de collecte de données, il est essentiel d’offrir au répondant la possibilité de s’abonner à notre infolettre et d’ainsi augmenter notre potentiel de diffusion.



Applications gratuites en ligne

Si, dans votre organisme, vous n’êtes pas outillé d’un logiciel de gestion de la clientèle (CRM) incluant un moteur à formulaires, voici quelques outils gratuits de sondage en ligne :

Google Forms
Moteur questionnaire de Google, simple et efficace. C’est 100% gratuit, mais les fonctionnalités restes simplistes. Enquêtes illimitées, réponses automatiquement sauvegardées dans Google Sheets, nombreux thèmes, possibilité de personnalisation, ajout d’images et vidéos, logique de questionnement. Possibilité d’inclure l’enquête dans un email ou un site web, ajouter des collaborateurs.

DragnSurvey
Logiciel français le plus utilisé : prise en main ultra rapide, système drag & drop. Banque de questions et modèles de sondage à disposition. Personnalisation à vos couleurs. Limite de 200 réponses par questionnaire sur l’offre gratuite. Diffusion via un lien web, une campagne mail ou intégré dans un site web. Possibilité d’anonymisation. Page de remerciement, redirection vers un lien, etc. Export des données au format PDF ou xls.

SurveyMonkey
Logiciel le plus connu mais version gratuite limitée à 10 questions + 100 réponses et 15 types de questions. Aucun moyen d’exporter les données et peu d’options avancées.

Typeform
Version gratuite déjà très riche ; très beaux questionnaires, très intuitifs. Questions générales uniquement, 100 réponses maximum par mois. Analyse moins soignée. Export des données, analyse de base.

Sur ce, bonnes réflexions!

 

Sources
Wiki UQÀM, trousse d’outils collaborative
Site d’entrepreneuriat belge Wikipreneur
Site Web Survey Methodology

À propos

Actualités

Services

Ressources

Événements

Membres

X