Skip links

L’art du réseautage

Illustration Martine Armand

Dates : 3, 10 et 11 novembre 
Date limite d’inscription : 24 octobre
Heures : 13 h à 15 h
Lieu : En ligne via la plateforme ZOOM
Durée : 6 heures (3 blocs de 2 h)
Nombre de places disponibles : 15
Coût : 30 $ / Valeur réelle de 200 $

La grande majorité des artistes et de même que plusieurs personnes travaillant en culture doivent développer elles-mêmes leur réseau professionnel. N’ayant pas toujours de formation en communication, leur présentation verbale et écrite ne leur permet pas toujours de prendre en compte la réalité des personnes auxquelles elles s’adressent.

Plusieurs éprouvent des difficultés à identifier leur public cible, à adapter leur discours ou encore à adopter de bonnes pratiques de communication. Cette situation les empêche parfois de saisir des opportunités, de se faire connaître et/ou de susciter de l’intérêt par rapport à leur démarche artistique et/ou l’organisme pour lequel elles/ils œuvrent.

Ces personnes ont d’autant plus de difficulté dans un contexte où ils ont souvent peu de temps pour faire bonne impression : 5 à 7, rencontres éclairs, textes succincts, médias sociaux, etc.

 

Notions qui seront vues

  • Principes de connaissance de soi;
  • «Pitch» de vente;
  • Communication interpersonnelle;
  • Écoute active;
  • Cartographies de réseaux de relations, etc.

Clientèle visée : Artistes professionnels et de la relève professionnelle, travailleurs culturels autonomes et salariés.

Informations supplémentaires

Permettre aux personnes participantes de mieux communiquer verbalement leur démarche artistique, la mission de leur organisme et/ou un projet qui leur tient à cœur en plus de les amener à réfléchir au développement de leur réseau socio-professionnel plus largement. 

Objectifs spécifiques 

  • Communication d’une offre claire, concise et cohérente qui saura susciter l’intérêt; 
  • Développement d’aptitudes en communication interpersonnelle: théories de la communication, pitch de vente, écoute active, savoir/savoir-être, etc.; 
  • Identification de ses besoins en termes de positionnement et de développement de réseau; 
  • Augmentation de l’impact dans la communication auprès de diffuseurs, acheteurs, instances gouvernementales et du public cible; 
  • Pérennisation de son travail artistique grâce à la consolidation de son réseau professionnel; 
  • Élargissement de son public à de nouvelles clientèles. 

Résultats attendus 

  • Possibilité accrue d’engagements professionnels grâce à un discours qui prend en considération le niveau de compréhension de ses interlocuteurs et qui sait les accrocher; 
  • Atteintes de nouvelles clientèles grâce à des communications plus efficaces qui rejoignent les bons publics. 

Tous auront besoin d’un ordinateur avec accès Internet et une webcam. Le logiciel Zoom (gratuit) devra être préalablement installé sur votre ordinateur.

Dominique Rheault , formateur

Très actif dans le domaine des arts, de la culture et de l’événementiel depuis plus de 15 ans, Dominique Rheault œuvre à la fois comme formateur/accompagnateur à son propre compte et agent de développement professionnel à Culture Bas-St-Laurent. Diplômé d’un baccalauréat et d’une maîtrise en communication, il complète un mémoire portant sur l’impact des relations professionnelles dans la gestion de l’incertitude de la carrière artistique. Il souhaite ainsi aider les individus et les organisations dans le développement de leur réseau professionnel et met de l’avant une approche unique qui mobilise des outils de cartographie et d’analyse réseau ainsi que des principes de coaching intégral et de communication. 

 Il a ainsi eu la chance de collaborer avec plusieurs organisations telles que le Conseil des arts de Montréal (CAM), le Conseil québécois de la musique (CQM), la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), Culture Côte-Nord, Culture pour tous et plusieurs OBNL en culture (arts numériques, musique, théâtre, danse). Il agit aussi régulièrement comme conférencier invité dans des différents cours de communication à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et d’autres organisations telles que la Machinerie des arts notamment. 

Crédit photo: Donat Boivin

Valeur réelle

Un travailleur dont l’employeur est assujetti à la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre doit payer le tarif correspondant à la valeur réelle établie pour chaque formation. Cette loi stipule que les organismes dont la masse salariale est supérieure à 2 M$ doivent consacrer au moins 1 % de cette somme à la formation de leur main-d’œuvre.

À propos

Actualités

Services

Ressources

Événements

Membres

X